Comment la Sibérie fut-elle une initiation au portrait?

Dans un précédent article, j’ai présenté comment l’immensité sibérienne m’a transformé de l’état de voyageur photographe en celui de photographe voyageur. Ici, je vais expliquer pourquoi cette contrée m’a conduit à devenir un photographe portraitiste. Voilà, une conséquence inattendue de cet endroit du monde si austère mais si accueillant, une des dernières vraies et attachantes terres d’aventure.
Ce texte est le troisième récit de mon parcours photographique, réalisé par des chemins de traverse.

Quand et comment l’heure bleue m’a-t-elle possédé?

On me demande, parfois, pourquoi et comment je serais devenu un photographe de « l’heure bleue ». En réalité, j’y ai été poussé par les circonstances et les opportunités. Il s’agit d’ une aventure et d’une recherche solitaires que j’ai menées sans même avoir réellement conscience d’entrer dans une discipline particulière. Ce récit est la deuxième partie relative aux chemins de traverse de mon parcours photographique.

Voyages, comment l’appareil photo a-t-il pris le pouvoir ?

Voici une histoire à la fois ordinaire et inhabituelle. Je vais vous raconter comment l’appareil photo, qui n’était envisagé que comme un accessoire de voyage, est devenu le décideur de voyages ultérieurs. La raison en est la découverte de la prodigieuse immensité sibérienne. Il s’agit de la première partie d’un récit concernant les chemins de traverse de mon parcours photographique.

Portraits du bout monde

Bernard Grua Photographe, prestation: documentons la vie de ceux qui vivent au bout du monde. Il y a tant de belles existences ignorées. Vous partez en reportage? Vous cherchez un photographe polyglotte, qui a une large expérience internationale, et qui a voyagé dans les endroits les plus improbables, ainsi qu’avec les moyens de transports les plus inattendus? Ne cherchez plus, vous l’avez trouvé.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer